Vie du club

Fontans en Margeride

C'est  La Margeride que Marie-Françoise Mercier à choisi pour cette randonnée du 14 avril 2019.

La température proche de zéro avait sans doute "refroidi" certains randonneurs qui ne s'étaient pas levés pour y participer.
C'est un groupe de courageux et d'intrépides qui a pris le départ des 15 kilomètres de longueur et de près de 550 mètres de dénivelé.


 Quelque peu transis mais déterminés, les randonneurs partent de Fontans.

Fontans est une commune de la Margeride qui compte actuellement 216 habitants alors qu'en 1793 il y en avait 1028.







Monument aux morts du village.





Au fond l'église Saint Pierre  ( Au retour )












Point de vue sur La Margeride






















Peu de marcheurs ce matin, seulement ces chevaux qui ne semblent pas s'intéresser à notre passage.







Dans le bois, un abri.

Nous sommes sur le sentier " chemin de Saint Jacques de Cpmpostelle ".















Bien qu'assez spartiate, l'abri a certainement vu défiler bon nombre de randonneurs qui ont profité de trouver ombre par les journées ensoleillées ou pluvieuses.







Arrivée aux Estrets












Traversée des Estrets










Eglise Saint-Jean-Baptiste aux Estrets









Les Estrets

Belle bâtisse en pierre















Four banal aux Estrets












Après les Estrets nous suivons La Truyère.

La rivière Truyère prend sa source dans les Monts de la Margeride au col des trois sœurs en Lozère à 1470m d’altitude et après une longue courbe à travers les vieux massifs géologiques, elle s’est vue détournée de son lit par les coulées de lave des volcans du Cantal.
Sur ce parcours de 170 km, la Truyère a creusé son lit dans des massifs granitiques et a formé de nombreuses gorges profondes.







L'heure du repas de midi avance, il est temps de faire une halte et de trouver un endroit propice et surtout à l'abri du froid ce qui n'est pas facile.

Près de la Truyère sera parfait, malgré la fraicheur le cadre est idéal.







Nous sommes à proximité du GR 65 qui conduit à Saint Jacques de Compostelle, ce lieu est une aire d'accueil pour les pèlerins qui pourront y faire une halte, s'y restaurer, s'y reposer avant de repartir.


            L'écologie et la défense de l'authentique sont présente dans ces régions même reculées.
    
            Nous sommes à Chabanes Planes









Direction Montchamp
Retour à Fontans.










Son église Saint Pierre.








Autre vue de l'église

Détail du clocher "  peigne "

 


"

" Église d'origine romane en granit, en grande partie reprise à l'époque gothique. Le plan en croix latine orientée montre une forte inflexion de l'axe du transept.
 Présence d'un clocher-peigne. 
L'intérieur est voûté en berceau brisé mais la croisée du transept est voûtée d'arêtes et l'abside à huit pans est voûtée en cul de four. Chapiteaux sculptés (motifs végétaux et géométriques ; deux têtes humaines).

 A la fin du 19e siècle, l'église fut entièrement repeinte."




La Mairie des Estrets







Ici se termine cette randonnée dans un secteur que certains ne connaissaient pas.

C'est l'avantage de la randonnée de découvrir des contrées où nous n'allons que très rarement, que nous parcourons en voiture sans nous rendre compte de leur richesse.

Comme à son habitude goûter et boissons offerts par le guide du jour.

Merci à Marie-Françoise pour cette journée.

Photos : Marie-Bérangère, Marie-Françoise, Thérèse/Raymond, Bernard. 

Le Cheylaret : Javols

Ce dimanche 7 avril 2019 Bernard Nègre était aux commandes de la randonnée sur la terre des Gabales.
10 randonneurs seulement, mais très motivés. ( La salon du livre à Marvejols avait retenu bon nombre de licenciés du Club ).


     Départ de la place du village de Javols où trône une imposante fontaine symbole de son passé glorieux .,

Qui pourrait se douter qu'en lieu et place du petit bourg de Javols, s'étendait autrefois la capitale gallo-romaine des Gabales ? 'Anderitum, signifiant passage à gué ou grand gué en gaulois).
Cette tribu, dont le territoire correspond aux limites de l'ancien Gévaudan, avait, en effet, établi sa capitale juste après la conquête romaine à l'emplacement de la traversée du Triboulin et de la voie commerciale majeure reliant alors Lyon à Toulouse.





Traversée de Javols que les participants retrouveront au retour







Sortie du village et direction la route départementale D 50 que l'on suit sur un kilomètre.









On abandonne la départementale pour s'engager dans un chemin qui descend au ruisseau du Triboulin aux méandres impressionnants.

De 16,4 km de longueur, le Triboulin prend sa source  sur le hameau de Lasfonds (le hameau aux cent sources) sur la commune de Sainte-Colombe-de-Peyre.Il rejoint ensuite La Truyère.









Direction le hameau des Moulins qui est le témoignage de l'activité agricole de cette région.










Pont sur le Triboulin















Le parcours se poursuit vers le hameau de Longuesagne (en occitan "sagne" est un lieu marécgeux).







Après avoir quitté Longuesagne, à hauteur du hameau Les Pouzes, on aperçoit au loin le Mont Lozère encore enneigé.








Le sentier va rejoindre la D 50 qu'il coupera en direction de Bel Air.









 Dame nature est parfois troublante qui transforme un tronc d'arbre en œuvre d'art.

Ne dirait-on pas une clé de sol !!








Arrivée au Cheylaret







Le four du Cheylaret au sol remarquable.








En poursuivant le chemin on emprunte le sentier GR de Pays, Tour de la Margeride qui, à un moment, se confond avec ce qui fut autrefois la voie romaine dite voie Agrippa venant d'Aumont-Aubrac.










Retour à Javols








Son église




Les participants ( moins Bernard qui photographie)






Capitale éphémère, Javols est remarquable par l'ancienneté de ses fouilles au niveau national. En effet, les premières fouilles ont débuté dès 1828 avec la découverte d'une borne milliaire..



Les équipes de fouilleurs amateurs se succèdent au XIXe siècle, puis des entreprises plus importantes sont menées avant et après la 2e guerre mondiale par le Docteur Charles Morel, puis par l'abbé Peyre entre 1969 et 1978. Ce n'est qu'à partir de 1987 que des recherches plus pointues et plus rigoureuses sont lancées avec une équipe de l'Université de Naples 
Si les fouilles se sont arrêtées en 2010, les recherches continuent. 





 



 Le parcours se termine par le retour au point de départ, la fontaine.







On ne clos pas une randonnée sans un moment de convivialité en reprenant des forces avec une gourmandise et une boisson offertes pas Bernard guide de la journée .



Photos : Thérèse, André, Bernard.